Polygamie quand tu nous tiens !!!

polygame acculé de tous côtés.crédit google.

Polygame acculé de tous côtés. Crédit Google.

Lundi 25 novembre 2013, 7 h 30

Ce matin-là, je me préparais à aller au cours, ce cours de droit international public que j’allais aborder avec une certaine appréhension, et oui je suis privatiste, et les publicistes avec leurs théories aussi volumineuses qu’abstraites, ainsi que leur gros français me faisaient un peu peur.

Je disais donc que ce lundi matin là je m’apprêtais à aller à la fac, et comme vous le savez très bien chers lecteurs, en début de semaine comme ça on va vers le paternel (ou la maman, c’est selon..) pour aller quémander son « salaire » hebdomadaire. Donc me voilà en face de mon père. Après les salamalecs habituels je lui dis :

-père je m’en vais à l’école.

– (Aucune réponse !)

-papa j’ai cours ce matin

Il marmonna alors des choses que je jugeai bon de ne pas retranscrire ici, puis me jeta un billet de …F.Cfa au visage. Le billet tomba alors au sol. Avec peine je m’abaissai pour le ramasser…..

Le geste m’avait choqué. Après tout je suis un homme aussi, j’ai un ego, une fierté que je ne tolèrerai pas que quiconque bafoue. Je suis l’aîné d’une fratrie de sept, et qui plus est je pouvais engrosser une fille depuis mes treize ans (ne me demander pas comment je le sais, ce serait trop long à expliquer, et ça sera probablement le thème d’un autre billet), donc je suis déjà un futur père en puissance : je méritais donc un minimum de respect. Mais voilà que ce geste d’une ignominie que je ne pouvais qualifier venait de mon propre père. J’eus les larmes aux yeux. Mais en même temps je ne pouvais me bercer d’illusions ; cet argent j’en avais besoin : je laissai ma fierté de côté, le pris et le mit en poche.

Mais alors qu’est-ce qui pouvai expliquer un tel acte de mon père ? Qu’est-ce qui pouvait justifier un tel comportement d’un homme envers son fils aîné, celui-là même qui prend les décisions importantes quand il n’est pas là, celui-là qui est appelé à le remplacer dans un avenir proche…la première idée qui me vint est le problème d’argent, le manque d’argent, l’insuffisance d’argent. Mais au fond mon père comme la plupart des Togolais, n’a jamais eu suffisamment d’argent, mais on s’en était toujours sorti. Mais alors si ce n’était point un problème de tune qu’était-ce ?

Et là j’eus un flash, une vision, un moment de clairvoyance : je venais de comprendre que mon père (pauvre de lui) n’arrivait plus à tenir le rythme infernal que lui imposaient les dépenses inhérentes à une famille polygamique.

 

Polygamie, montre-nous ton vrai visage…

Le fonctionnaire togolais, dans les beaux jours de sa vie, c’est-à-dire dans la plénitude de son statut de salarié se demande subitement pourquoi il a épousé une femme de teint noir. Et il se dit maintenant je suis un fonctionnaire respectable et respecté ; j’ai les moyens de ma politique : je vais prendre une deuxième épouse, celle-là d’un teint clair absolument. Alors il  passe une deuxième fois devant le maire, d’autant plus qu’il était déjà assez malin pour avoir opté pour la polygamie à son premier mariage.

Deux décennies plus tard, revoilà le même fonctionnaire, à trois ans de la retraite. Entre-temps en plus de  ses deux femmes il a eu deux maîtresses au-dehors, avec qui il a eu deux enfants, illégitimes certes, mais ses enfants quand même puisque portant son patronyme. En plus ses deux épouses lui ont fait quatre beaux enfants chacune (eh oui !elles ne sont pas bêtes les femmes, qui va se négliger ???). Les femmes en question ont certes appris la couture, mais elles ne l’exercent pas : elles sont donc femmes au foyer.

Au final monsieur le fonctionnaire lambda, anonyme parmi les anonymes, se retrouve avec 10 bouches à nourrir. Ah si ce n’était que ça ; les enfants ont grandi, les dépenses aussi. Trois des enfants sont déjà en classe terminale, et tous dans une école privée. Si Dieu le veut, ils auront le bac tous les trois. Mais ils n’iront à l’université de Lomé pour rien au monde. D’ailleurs leur frère aîné, inscrit à la fac de droit depuis cinq ans n’arrive toujours pas à décrocher sa licence. Comptons aussi les factures d’eau, d’électricité, de téléphone, les ordonnances, les dossiers  d’examens pour les trois enfants, tout ceci dans le cadre du maigre salaire du fonctionnaire…

Vous conviendrez donc avec moi que mon père ne peut être qu’aigri, amer, déçu, acculé, désespéré, irritable et irrité prêt à se défouler sur le premier qui aurait osé lui demander de l’argent ce lundi matin, et j’ai été celui–là.

Mais nous n’avons pas à payer pour les erreurs de nos ascendants. Et nous n’avons pas non plus à commettre les mêmes. Le tableau idyllique de la polygamie  selon Jacob Zuma est rare.

Comme le dit un proverbe : « Aah si jeunesse savait!! Et si vieillesse pouvait… ». Ce proverbe n’est plus d’actualité PAPA. En tout cas moi je sais…Je suis monogame (tu ne le sais pas encore bien sûr) et je le serai toute ma vie.

 

 

 

2 réflexions au sujet de « Polygamie quand tu nous tiens !!! »

  1. Bébé dit :

    Cher ami, tu poses là deux problèmes récurrent: Obéissance due aux parents et la polygamie.
    Pour notre obéissance légendaire aux parents:
    Trop souvent, nous confondons respect dû aux parents et résignation. Nos parents, connaissant bien notre situation de démunis, sans aucune ressource ni possibilité de faire de petits boulots, poussent les bouchons trop loin. Nous également, pour les mêmes raisons, nous nous résignons à subir leur brimades tacites. Ton Pater n’a pas forcément des problèmes qui viennent de la polygamie. Il a juste assez de te filer des tunes chaque jour alors que pour bonne partie d’entre eux, un gaillard qui va à la Fac est autonome et c’est une bouche à nourrir en moins.
    J’ai fini par comprendre les comportements de ma mère quand, chaque fin de semaine, je lui rappelle qu’une nouvelle semaine commence et que l’université n’est pas fermée, donc que je dois aller à la Fac. Nous étions seulement deux mais cette situation l’agaçait et m’agaçait également. Finalement, j’ai décidé de ne plus lui en demander. Que s’est-il passé? La catastrophe. Les petits cours que l’étudiant fait par-ci par-là lui prennent tellement de temps qu’il en arrive à oublier le plus important.
    Heureusement que j’ai été sauvé, in extremis, par une bourse de l’UE.
    Il faut revoir beaucoup de choses dans le pays: Le pouvoir d’achat de nos parents, les opportunités de petits boulots pour étudiants et surtout, le pouvoir d’achat de l’étudiant par la réflexion sur une bourse qui tienne compte des réalités.

    • cher ami,ton commentaire me va droit au coeur en ce sens que tu sembles avoir vécu ce que j’ai tenté de décrire ici.tu sais on dit contre mauvaise fortune…..donc on fait avec.personnellement je continue par demander,au risque de me faire humilier tout les jours,à cause de demain.par rapport à notre obéissance légendaire comme tu dis,je compte bien en parler dans un prochain billet.merci pour tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.