Notre première rencontre

Article : Notre première rencontre
3 août 2016

Notre première rencontre

 

“La” rencontre reste toujours un moment magique, qu’elle soit amicale ou amoureuse. Cette montée d’adrénaline se vit à chaque fois intensément, plus ou moins contrôlée, maîtrisée…

La première fois que je l’ai vue, ça faisait un moment déjà, que je me languissais de la rencontrer ; de pouvoir enfin mettre un visage sur ce nom, et sur cette voix…

Je me rappelle si bien de cette première fois, qu’on s’est vus, enfin que je l’ai vue ; dans ce fast-food au bord de cette route. Cette première fois j’ai eu comme un…..je ne parlerais pas de coup de foudre, mais de coup de cœur…

Elle était si rayonnante, et en même temps si simple ; et mon dieu son sourire…et puis on s’est parlé pour la première fois…putain que c’était bon que d’entendre sa voix autrement  qu’au téléphone.

Je n’avais jamais « rencontré » une femme avant elle, du moins pas de manière aussi solennelle. Donc j’étais stressé  je ne retrouvais même plus mes mots ; d’ailleurs ce jour-là en me préparant à venir la rencontrer je n’avais pas su quoi mettre comme vêtements, d’habitude je me contentais d’un simple jean, t-shirt une paire d’espadrilles et le tour était joué ; mais ce jour-là j’avais beaucoup tergiversé. Une amie me dira après que c’était souvent ainsi lorsqu’on va rencontrer l’autre pour la première fois : on s’exalte, on hésite, on s’enthousiasme, et même on s’emballe des fois.

Cette première fois on ne s’était pas beaucoup parlés, elle s’était réfugiée dans son portable (génération réseaux sociaux) ; quant à moi  je m’étais contenté de la boire littéralement des yeux, de la regarder encore et encore, histoire de me l’imprimer dans la tête.

Moment d’étourderie émotionnelle…

Je n’avais même pas eu la présence d’esprit de lui faire un compliment sur ce qu’elle portait…

Je n’avais pas vu le temps passé si vite ; à un moment donné il a fallu qu’on se sépare. Mais ce moment unique est resté gravé dans ma tête, car ce jour-là mes yeux avaient croisés les siens, et depuis lors j’étais foutu, mais je ne le savais pas encore…

 

Partagez

Commentaires

Osman
Répondre

Ces instants que même l’Alzheimer ne pourra pas enlever de la mémoire.